Mal vivre son accouchement

0
83
Cet article a été publié ici en premier.

Soso avait déjà mis au monde 2 enfants. Alors elle pensait que tout roulerai pour son troisième accouchement. Mais, c’était sans compter sur une grossesse gémellaire avec deux bébés en siège, ce qui s’est terminé en césarienne… et une perfusion à cause d’une atonie utérine. Voici son témoignage. 

accouchement catastrophe

{Témoignage} Atonie utérine : mon troisième accouchement catastrophe

Bonjour à toutes et à tous

Je ne pensais pas que cela m’arriverais un jour. Mes deux premiers accouchements s’étaient tellement bien passés. Pas de complications, de beaux bébés, des mises au monde naturelles comme je le souhaitais.

Mais mon troisième accouchement ne s’est pas passé comme prévu

En même temps, c’était une grossesse gémellaire, donc la donne était quelque peu différente des autres fois. Mes deux loulous ont bien profité et sont arrivés à terme, pour des jumeaux. (38 sa). Mais ces coquins ont décidé de rester en siège transverse. Le gynécologue me programme une césarienne.

Bon, je ne vous cache pas que j’ai eu beaucoup de mal à digérer l’idée même de cet acte chirurgical. Car cela reste un acte chirurgical à mes yeux malgré la naissance qui en résulte. Bref, je me présente le jour J, nerveuse mais heureuse de la rencontre qui m attends. J’arrive au bloc, on me prépare (perfusion, péridurale….), et là ça commence…. Mon organisme réagi très mal à tous les produits anesthésiant. C’est systématique, je suis malade.

La césarienne commence, mon conjoint me rejoint.

Il est 10h14. Quand il arrive, l’émotion m’envahie et je pleure. Le stress de l’instant, la peur pour mes loulous (que quelque chose n’aille pas). Il me soutient, me dit des mots d’encouragement.

10h18, premier loulou arrive. Tout va bien. Il respire, il pleure. C’est juste magique. 10h21, deuxième loulou. Comme son frère, une vraie merveille.
Mon conjoint part de la salle avec nos garçons. Je me sens soulagée. Ils vont bien.

Et pourtant, c’est le début des ennuis me concernant.

Je me sens de moins en moins bien, je suis malade à nouveau. Et là, la tête part. Je dis à l’anesthésiste que ça ne va pas du tout. J’entends le chirurgien demander des compresses et l’équipe d’anesthésie s’agiter autour de moi. Prendre le pouls, parler de ma tension très basse, je sens bien que quelque chose ne va pas. Les minutes passent et je ne me sens pas mieux.

J’entends le chirurgien parler de saignements importants. Qu’est ce que je me sens mal. Ensuite j’entends le chirurgien parler de l’utérus qui ne se contracte pas, et de nouveaux de saignements. Il met un produit puissant pour favoriser les contractions. De suite, je suis malade…. Puis le chirurgien dit que tout est réglé. Qu’il peut refermer. Le soucis c’est que moi, je me sens toujours très mal. L’anesthésiste me rassure en me disant que tout va aller mieux très vite maintenant. Je me sens vaseuse, nauséeuse, épuisée, et vidée.

Il est 11h45. Pendant cette heure, tout est passé dans mon esprit, j’ai eu peur, peur de ne plus revoir mon conjoint et mes enfants. Peur d’être en incapacité totale de maîtriser mon corps. D’être juste à la merci de toutes ces mains qui se sont affairées à faire leur travail, à me rassurer. J’ai eu peur. Et ma peur a eu beaucoup de mal à s’estomper. Je suis restée en surveillance jusqu’à 19h30, et ensuite j’ai pu remonter en chambre.

Heureusement que mes enfants allaient bien. Que mon conjoint a assuré auprès d’eux. Ils ont pu me rejoindre rapidement. Mais que la journée a été dure…. J’ai appris par la suite que l’artère utérine avait été touchée, et que j’avais fait une hémorragie. Mon utérus était atonique, ce qui a provoqué une deuxième hémorragie. 48 h après, ils m’ont transfusée, car j’étais bien anémiée…

Quelle arrivée au monde…

Je m’en souviendrai de cet accouchement.

Je pense même que si j’avais eu ce genre d’expérience précédemment, je n’aurais pas renouvelé l’expérience de la maternité. Le temps va faire son œuvre et je vais oublier. Mes enfants sont là, en bonne santé, et c’est tout ce qui compte désormais. Le reste n’est plus grave. Une belle frayeur, et un sentiment profond d’impuissance… C’est ce que je retiens de cet accouchement.

Heureusement, je connais beaucoup de femmes qui ont eu des césariennes et pour qui cela s’est très bien passé. Il me reste maintenant à me souvenir de mes trois accouchements, tous différents, tous émouvants, et tous éprouvants. Mais le plus important reste, mes trésors, mes amours, mes petits lions 😘😊

Vous souhaitez publier votre histoire sur le blog ? Déposez votre témoignage mariage ou témoignage maternité ici.

A lire également

Bonjour, je m’appelle Nathalie. C’est moi qui ai créé ce blog en 2011. Au début, il était exclusivement dédié à l’organisation de mariage, aujourd’hui on y parle également de maternité et de voyages. N’hésitez pas à m’envoyer un message ou votre témoignage si vous souhaitez participer.
la.mariee.en.colere@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here