Grossesse : ces six complications qui augmentent le risque de futurs problèmes cardiaques

0
1340

Cet article a été publié ici en premier.

Plusieurs maladies de la grossesse concernées

Dans une publication scientifique datée du 29 mars 2021, des médecins et chercheurs membres de l’ “American Heart Association” appellent à une meilleure prévention des risques cardiovasculaires après une grossesse.

Ils listent ainsi les six complications et pathologies gestationnelles qui augmentent les risques de souffrir, plus tard, de problèmes cardiovasculaires, à savoir : l’hypertension artérielle (voire la pré-éclampsie), le diabète gestationnel, l’accouchement prématuré, la mise au monde d’un petit bébé au regard de son âge gestationnel, la mortinaissance, ou encore le décollement du placenta.

« Les issues défavorables de la grossesse sont associées à de l’hypertension, du diabète, du cholestérol, des maladies cardiovasculaires, y compris des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux (AVC), longtemps après la grossesse », a commenté le Dr Nisha Parikh, co-auteure de cette publication. « La prévention ou le traitement précoce des facteurs de risque peut prévenir les maladies cardiovasculaires, par conséquent, les issues défavorables de la grossesse peuvent être une fenêtre importante de prévention des maladies cardiovasculaires, si les femmes et leurs professionnels de santé exploitent les connaissances et les utilisent », a-t-elle ajouté.

Diabète gestationnel, hypertension : l’ampleur du risque cardiovasculaire évalué

L’équipe a ici passé en revue la littérature scientifique associant les complications de grossesse aux maladies cardiovasculaires, ce qui lui a permis de détailler l’ampleur du risque selon les complications :

  • L’hypertension pendant la grossesse augmenterait de 67% le risque de maladie cardiovasculaire des années plus tard, et de 83% le risque d’AVC ;
  • la pré-éclampsie, c’est-à-dire une hypertension associée à des signes hépatiques ou rénaux, est liée à un risque 2,7 fois plus élevé de maladie cardiovasculaire ultérieure ;
  • le diabète gestationnel, apparu pendant la grossesse, augmenterait de 68% le risque cardiovasculaire, et multiplie par 10 le risque d’avoir du diabète de type 2 après la grossesse ;
  • l’accouchement prématuré double le risque pour une femme de développer une maladie cardiovasculaire ;
  • le décollement du placenta est associé à un risque cardiovasculaire accru de 82% ;
  • et la mortinaissance, soit le décès d’un bébé avant l’accouchement, et donc le fait d’accoucher d’un bébé mort-né, est associé à un doublement du risque cardiaque.

La nécessité d’un meilleur suivi avant, pendant et bien après la grossesse

Les auteurs précisent qu’une alimentation saine et équilibrée, une activité physique régulière, de saines habitudes de sommeil ainsi que l’allaitement peuvent contribuer à réduire les risques cardiovasculaires des femmes après une grossesse compliquée. Ils estiment en outre qu’il est temps de mettre en place une meilleure prévention auprès des futures et jeunes mamans.

Ils suggèrent ainsi de mettre en place un meilleur accompagnement médical de la période du post-partum, parfois appelé “4e trimestre”, afin de dépister les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, et de fournir aux femmes des conseils de prévention. Ils souhaitent également davantage d’échanges entre les gynécologues-obstétriciens et les généralistes sur le suivi médical des patientes, et la mise en place d’un historique des événements de santé pour chaque femme ayant déjà été enceinte, afin que soient connu de tous les professionnels de santé les antécédents et facteurs de risque des patientes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here