Vrai / Faux sur le don d’ovocytes

0
183

Cet article a été publié ici en premier.

La loi de bioéthique a ouvert la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes. Le don d’ovocytes devient un précieux cadeaux pour de nombreux couples ou femmes infertiles. Nous faisons le point sur les vrais et les faux sur cette procédure médicale pas toujours bien connue.

Quand une infertilité sévère est découverte ou qu’une maladie grave peut être transmise à l’enfant, le couple ou la femme seule peut se tourner vers le don de gamètes. Comment se passe le don d’ovocytes côté donneuse et côté receveuse ? Une procédure contraignante avec à la clé une grande joie pour les parents receveurs et une grande fierté pour les femmes donneuses. La preuve avec les témoignages de deux mamans donneuses.

Le don d’ovocytes est possible uniquement après avoir eu un ou plusieurs enfants

Faux ! Vous pouvez faire un don d’ovocytes si votre âge est compris entre 18 et 37 ans inclus et que vous êtes en bonne santé. Peu importe que vous ayez déjà eu ou non un enfant. La procédure médicale n’aura pas d’impact sur votre santé, votre fertilité ou sur vos possibilités d’être enceinte plus tard.

Lors d’un don d’ovocytes, il est possible d’en garder une partie pour soi en cas de besoin pour l’avenir

Faux ! Dans la procédure médicale du don d’ovocytes vous ne pourrez garder une partie des ovocytes pour vous. Si c’est votre désir il vous faudra alors entrer dans un parcours d’autoconservation pour accéder à la congélation de vos ovocytes 

Il n’y a aucun effet secondaire pour la donneuse lors du prélèvement des ovocytes

Vrai et Faux ! Aucune étude n’a montré d’impact sur la santé de la donneuse à moyen ou long terme. A court terme, les jours suivants le prélèvement, vous pouvez avoir des effets secondaires. Notamment une pesanteur dans le bas ventre, des douleurs pelviennes, de légers saignements vaginaux. Ces symptômes sont liés à la fois à la stimulation ovarienne et au prélèvement des ovocytes. Tout rentrera dans l’ordre en quelques jours. Après le don vous aurez un suivi chez le médecin pour vérifier que tout s’est bien passé, puis ensuite votre suivi habituel chez votre gynécologue ou sage-femme.

J’ai fait don de mes ovocytes. J’ai rencontré une petite puce née d’un don juste après ! Cela a vraiment donné du sens à cet acte. C’est contraignant mais vraiment pas insurmontable et tellement précieux pour ceux qui en ont besoin.

Alexandra

Les dons d’ovocytes restent rares

Vrai ! Aujourd’hui en France les dons de gamètes, en particulier les dons d’ovocytes, restent largement insuffisants comparativement aux besoins. On entend beaucoup plus parler du don de spermatozoïdes pour les hommes. Il n’y a qu’à voir les représentations dans les films ! Nombre d’histoires autour des banques de spermes, des hommes qui décident de faire ce don. Mais à notre connaissance très peu de romances autour du don d’ovocytes.

En 2019, seulement 836 femmes ont fait don de leurs ovocytes. De l’autre côté de la balance, des milliers de personnes sont en attente d’un don d’ovocytes pour leur pma. L’attente peut être de plusieurs mois voire de plusieurs années pour les futurs parents. L’agence de la biomédecine a lancé en partenariat avec les centres de dons une campagne de sensibilisation pendant l’épidémie de Covid-19 pour le don de spermatozoïdes et le don d’ovocytes.

L’AMP est maintenant ouverte pour toutes les femmes

Vrai ! Grâce à la nouvelle loi de bioéthique, toutes les femmes peuvent en bénéficier de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP), qu’elles soient en couple ou célibataire, quelle que soit leur orientation sexuelle. Le critère de la limite d’âge reste toujours d’actualité pour le recours à la PMA : 43 ans pour la femme et autour de 60 ans pour l’homme.

Ce fut une superbe expérience. Je me suis retrouvée dans la même pièce qu’une personne qui avait eu un enfant grâce à un don. C’était tellement émouvant.

Adeline

L’AMP s’est également ouverte aux couples d’hommes

Faux ! Pour les couples d’hommes, devenir parents est encore plus complexe. A ce jour en France seules deux solutions s’offrent aux hommes voulant devenir père : la gestation pour autrui ou GPA dans un pays l’autorisant et l’adoption.

Le don d’ovocytes est sans impact sur l’histoire des enfants

Faux ! Comme c’est le cas aussi pour une grossesse spontanée ! Que votre enfant soit conçu de manière naturelle ou par procréation médicalement assistée, l’histoire de sa conception et de sa naissance aura des impacts sur lui. Cela fera partie de son histoire et de son identité !

Dans un parcours de pma des questions particulières et légitimes peuvent se poser au couple receveur : « Vais-je porter l’enfant d’une autre femme ?», « Va-t-il me ressembler ? » « Est-ce qu’il va m’aimer ? ». Ces questions sont totalement légitimes. Comme beaucoup d’autres femmes dans votre situation, vous vous interrogerez sûrement sur la place de la donneuse et votre place en tant que future mère à la naissance de votre enfant. Il est même possible qu’inconsciemment vous ressentiez une forme de jalousie envers la donneuse ou que vous considériez le don comme une sorte d’adoption précoce puisqu’il vous permet de devenir mère en abandonnant votre filiation génétique.

Gardez en tête que ce sont la grossesse, votre soutien psycho-corporel pendant ces 9 mois qui vont concevoir votre enfant et faire de vous des parents.

Si les questions sont trop présentes n’hésitez pas à en parler à votre médecin qui pourra vous orienter vers un professionnel sensibilisé aux questionnements autour de la pma.

Les enfants nés de dons peuvent avoir accès à leurs origines

Vrai ! La loi a (enfin !) évoluée. Les personnes nées de dons pourront à l’âge de la majorité demander à avoir accès à l’identité de leur donneur ainsi qu’à des informations non identifiantes le concernant. La levée de l’anonymat est donc maintenant possible. C’est une grande avancée qui soulève aussi des questions pour les parents et les donneurs et donneuses. Comment l’enfant va-t-il construire son identité avec ses différentes origines ? De merveilleux livres pourront vous aider à aborder avec lui la construction de votre famille : le don de gamètes, la fiv, sa naissance. Sachez que tous les enfants s’interrogent à un moment donné sur leurs origines et l’histoire de leur naissance. Si vous lui expliquez avec des mots simples, son mode de conception et votre parcours pour devenir parents, cela sera pour lui la norme. Ce sont à l’inverse les non-dits et les tabous qui peuvent être traumatisants.

Nous avons toutes dans notre entourage, un couple ou une personne touchée par l’infertilité. Vous voilà maintenant bien renseignée pour choisir avec conscience d’offrir un don d’ovocytes à des futurs parents, ou pour bénéficier de l’aide d’une donneuse.

📸 @unienkfotografie 

A lire aussi :

The post Vrai / Faux sur le don d’ovocytes first appeared on Mum-to-be Party.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here