Rupture de la poche des eaux : une grossesse à risque

0
96
Cet article a été publié ici en premier.

Didi  a eu une grossesse à haut risque. Après la toxoplasmose, une rupture de la poche des eaux et une pré-éclampsie, tout était indiqué pour qu’elle fasse une fausse-couche. Le pourcentage de chance qu’elle mène sa grossesse à terme n’était que très faible. Et pourtant… voici son témoignage. 

grossesse à risque

{Témoignage} Mon petit pour cent

Bonjours à toutes et à tous,

Je m’appelle Didi et j’ai 31 ans.

cadeaux invités

CUP

Je suis maman depuis bientôt 2 ans d’un merveilleux petit garçon et je mesure aujourd’hui la chance que j’ai de l’avoir à mes côtés. Je souhaite témoigner aujourd’hui pour en quelque sorte tourner la page de cette grande étape de ma vie qu’est cette grossesse et aussi pour donner un message d’espoir aux autres futures mamans qui pourront se reconnaître dans ma petite histoire.

Même quand tout présage au pire il y a toujours un espoir

En 2016, « Dieu » et moi avons décidé de faire un enfant, non pas que je sois la vierge Marie, mais voyez « Dieu » comme mon barbu de mari qui aime se faire appeler ainsi par son entourage à ses heures perdues (A prendre avec beaucoup d’humour parce que croyez moi il en a à revendre).

Très vite, je tombe enceinte une première fois, nous n’en revenons pas. On l’annonce très vite à notre entourage, on part à Rome en amoureux mais très vite, ce bonheur va s’évanouir. Cette première grossesse se finira par une fausse couche. On passera les éternelles phrases bateaux de « La nature est bien faite » et les copines qui nagent dans leur bulle de bonheur qu’est leur grossesse et qui oublient vite qu’ici je vis ça comme un vrai deuil. Mais entre nous je ne leur en veux pas…

On laisse passer le temps et vient le retour du premier cycle. Rendez-vous chez le gynécologue pour une écho de contrôle post-fausse couche afin de voir si tout est rentré dans l’ordre. Il pose sa sonde et me demande de lui confirmer la date de mes dernières règles « Il y a 15 jours Monsieur« . Je regarde aussi cet écran pendant qu’il insiste avec cet air dubitatif sur le visage et moi aussi je change de tête… J’ai peur de ne pas bien interpréter ce que je vois…

traiteur mariage cours danse mariage

« Madame, je ne comprends pas tout mais vous êtes enceinte »

Je repars de là, échographie sous le bras, direction la maison pour rejoindre « Dieu », enfin mon mari, qui me demande si tout s’est bien passé et ce qu’a dit le médecin… Le médecin … et bien il a dit que j’étais revenue avec un passager supplémentaire de notre précédent voyage. Nous sommes heureux mais sur nos gardes.

Tout va bien se passer, nous en somme convaincus mais la vie est parfois farceuse et à décidé de tester nos 10 ans d’amour par la même occasion.

Début des soucis :
Première prise de sang : **DRING** Mon médecin traitant m’appelle… « Madame, il faut venir dès que possible, vous êtes en train de faire la toxoplasmose« . (On ne saura jamais si je l’ai faite juste avant de tomber enceinte ou juste après avoir conçu notre petit homme).
Echographie 1 : « Si la toxoplasmose se transmet à votre bébé à ce stade là vous le perdrez … mais ça a l’air bien parti…« 
**STRESS AU MAXIMUM**

Piqûre pour palier à l’incompatibilité de groupe sanguin entre moi et mon mari (ben oui rhésus négatif pour moi positif pour lui, plus une fausse-couche on n’y échappe pas).

Quelques semaines passent et nous voilà à l’échographie des 12 SA…

TOUT VA BIEN !! Pas besoin de faire d’amniocentèse car comme il me l’a dit avec beaucoup de tact, le foetus s’est bien développé et j’aurai de toutes les façon fait une fausse couche s’il l’avait contracté. Nous allons enfin pouvoir vivre une grossesse normale et sereine.

Je vis ou plutôt je revis. Mon médecin décide de m’arrêter 1 mois en attendant mon déménagement car je fais 2 heures de route chaque jour pour aller travailler. Finalement ce que j’ai vécu comme un confort aura été une réelle nécessité… (MERCI à mon médecin si jamais il reconnait cette histoire).

Fête de la musique, on va boire un verre avec des amis dans un parc au rythme de la musique, rien de bien fou, à Minuit tout le monde est couché.
Le lendemain on fête les 30 ans du meilleur ami de mon chéri. Bar, musique mais je reste assise toute la soirée. Je couve ce petit poussin comme un joyaux au prix inestimable.

Il est 3 heures du matin, nous rentrons et « Dieu » se met au lit tant bien que mal… La fête ne fut pas reposante pour tous…. Et son repos sera de très courte durée.

Il est 4h30, je me réveille sans trop savoir pourquoi et je sens que je suis trempée… j’en suis aujourd’hui à 17+3SA… et je suis trempée de sang !!

Je réveille mon conjoint, je suis paniquée, lui aussi, et nous fonçons à la maternité qui se trouve à 5 minutes de chez nous … Nous passons en priorité. Une écho, bébé va bien mais le verdict tombe … « Madame, certes vous perdez du sang mais vous avez surtout fissuré la poche des eaux« … Et mes espoirs ? Ils vont vite s’évanouir…

Sans trop comprendre ce qui m’arrive me voila en chambre, perfusée de partout pour éviter quelconque infection.

J’ai un sursis de 5 jours…

Car dans la plupart des cas, la perte du bébé se fait dans les 5 jours qui suivent

Un nouveau médecin chaque jour, et toujours autant de silence. A vrai dire aucun ne me dira franchement quelles sont nos chances de tenir ce bébé un jour dans nos bras jusqu’à ce que je prenne mon courage à deux mains pour demander si nous avons une chance ?

Ce médecin ce jour-là ne prendra pas non plus de pincettes pour nous dire : « en terme de pourcentage, vous avez moins de 1% de chance qu’il arrive à un terme de viabilité suffisamment avancé pour qu’il vive, et si vous arrivez jusque là, ce sera un très grand prématuré et là aussi avec le manque de liquide etc … les chances sont minces« .

Mais bizarrement c’est quand j’ai su que ce minuscule moins de 1% de chance était là, que j’ai commencé à sentir mon bébé bouger et que je me suis dit qu’on allait y arriver ENSEMBLE !

18 SA me voilà dehors … un suivi léger puisque de toute façon « Il n’y a rien à faire à ce stade-là« , « si ça se passe mal vous ferez une fausse couche tardive« . Il ne me reste plus qu’à attendre 6 semaines chez moi afin de pouvoir bénéficier d’une HAD (hospitalisation à domicile).

Une semaine après être sortie, nous déménageons … Ben oui tant qu’à faire, autant faire les choses simplement. Mon conjoint n’est pas là, il travaille tout le weekend. Nous comptions à l’époque sur mes petits bras et sur quelques autres pour faire ce déménagement. Finalement je l’ai orchestré de mon lit médicalisé et MERCI MERCI MERCI à la belle chaîne de solidarité faite par nos amis qui sont tous venus nous aider.

Nous voila installés, j’ai élu domicile dans mon salon. Les semaines passent… plutôt sereinement… et nous y voilà 24 SA !
J’ai le droit aux piqûres de corticoïdes pour développer les poumons de mon bébé et là encore on me dit… « Préparez-vous car la grossesse n’ira pas beaucoup plus loin !« .
Je rentre chez moi et les semaines passent. Quelques alertes en voyant des signes d’infection pointer leur nez mais au finale rien de bien grave tout rentre vite dans l’ordre.

32 SA !!! Quel miracle.

Le corps médical n’en revient pas… Je fais faire mon écho et là je tombe encore sur un champion du monde du tact.

« Alors Madame, vous avez fait la toxoplasmose (tiens, je l’avais oubliée celle là) et vous avez refusé l’amniocentèse« .
« Comment ça j’ai refusé, je n’ai rien refusé du tout, on m’a déconseillé deux fois de la faire car pour les médecins il n’y avait pas de risque« 
« AH… ben non moi je l’aurais faite… Mais bon maintenant avec votre fissure c’est plus possible … Tant pis ce sera la surprise à la naissance, mais bon tout à l’air de bien aller hein« .

Comment vous dire qu’à ce moment précis je n’avais qu’une envie c’était de l’affubler de tous les noms d’oiseaux qui me passaient par la tête.

« Madame, c’est un gros bébé, on vous déclenche à 37S A si vous tenez jusque-là mais en attendant on se revoit dans 15 jours.« 

34 SA… Retour à l’hôpital pour mon rendez-vous… Sans me dire quoi que ce soit, une sage-femme, entre et me fait un test (qui s’avérera être un test pour savoir si je perdais encore du liquide car pour moi il ne me semblait pas que c’était le cas).
« Madame, la fissure à dû se colmater…. Vous êtes un cas d’école mais vous sortez de tous les protocoles … Vous êtes de nouveau considérée comme grossesse normale« . Et là on vous lâche dans la nature. plus personne ne passe pour vous surveiller, plus de rendez-vous de programmé, plus RIEN…

37 SA, dernier rendez-vous. Tout va bien, malgré ma grossesse alitée je n’ai pris « que » 12kg, une tension de jeune fille enfin bref tout va bien… mais tout peut aller très vite.

Le lendemain de ce fameux rendez-vous je me lève pour prendre un bain (ben oui tout est à nouveau autorisé même les bains), et je ne sens pas mon bébé bouger alors que d’habitude c’est la grosse fiesta.

Panique à bord, je réveille mon conjoint à 7h30 du mat, nous voilà partis à la maternité pour un contrôle. « Madame, votre bébé dort bien profondément mais par contre, votre tension hier elle était à 11/6 vous êtes certaine ? Parce qu’aujourd’hui elle est un peu haute… Bon à surveiller c’est peut-être du au stress« .

4 jours plus tard, 16 de tension et 8 kg d’œdème en plus… panique à bord à la maternité… les mots sont prononcés :

« Madame vous faite une pré-éclampsie »

Vous ne sortirez pas d’ici sans votre bébé dans les bras !

S’en suivront 3 jours de déclenchement, une césarienne toute en douceur et la naissance de notre « petit bonhomme » de 4kg400.

Malgré ces statistiques … Moins de 1% de chance qu’il vive, il est bien là, en pleine santé, et finalement à 17+5 quand il m’a fait sentir sa présence par ses petits coups, j’avais bien compris son message « Maman, on va se battre, on va y arriver » et on l’a fait !!!

Croyez en vous autant que possible… Je sais que toutes les fins ne sont pas toujours heureuses, que ce n’est pas facile mais parfois c’est POSSIBLE !

Vous souhaitez publier votre histoire sur le blog ? Déposez votre témoignage mariage ou témoignage maternité ici.

A lire également

Bonjour, je m’appelle Nathalie. C’est moi qui ai créé ce blog en 2011. Au début, il était exclusivement dédié à l’organisation de mariage, aujourd’hui on y parle également de maternité et de voyages. N’hésitez pas à m’envoyer un message ou votre témoignage si vous souhaitez participer.
la.mariee.en.colere@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here