L’importance du chaud dans votre récupération post-partum

0
1333

Cet article a été publié ici en premier.

A l’arrivée des beaux jours, nous entendons régulièrement parler de l’importance de manger cru et léger pour mieux profiter des vitamines des fruits et légumes. Pourtant, pendant certaines périodes de la vie, comme pendant le post-partum c’est tout l’inverse qu’il vous faudra faire pour soutenir la récupération de votre corps !
Nous avons rencontré Julia Simon, naturopathe spécialisée dans l’accompagnement à la maternité et en particulier dans le post-partum. Avec elle, nous avons compilé nos meilleurs conseils et tordu le coup aux idées reçues.

Rechargez vos batteries en post-partum

Nous sommes de mieux en mieux informées pendant notre grossesse, pour nous préparer à donner naissance et accueillir bébé en accord avec nos choix et nos envies profondes. Si il reste un domaine dont nous oublions encore trop souvent de parler, et de préparer en amont c’est bien le post-partum. Enceinte, notre corps s’adapte pour fournir une forte dépense d’énergie lors des dernières semaines de grossesse et de l’accouchement. Comme un sportif de haut niveau après une compétition, nous avons ensuite besoin de recharger nos batteries. En médecine traditionnelle chinoise, on explique que lors de la perte de sang pendant l’accouchement le corps épuise son énergie yin. Le yin et le yang se retrouvent donc en déséquilibre, aboutissant à un état de fatigue intense. Afin de soutenir la récupération physique et émotionnelle, et rééquilibrer nos énergies yin et yang, nous pouvons adopter des gestes simples, à commencer dès maintenant même si bébé n’est pas encore arrivé.

Un seul maître-mot : chaleur !

La chaleur est le pilier de la récupération en post-partum (même si vous accouchez en plein été !) : la chaleur dans l’alimentation, l’environnement et dans les relations aux autres. 

S’occuper de soi depuis sa cuisine

L’estomac a besoin de chaleur pour apporter de l’énergie au corps. Le « chaud » est également essentiel pour mobiliser notre énergie défensive et lutter contre les attaques de microbes. C’est la période idéale pour choisir des plats mijotés qui vont permettre au corps de retrouver son équilibre tout en nous apportant du réconfort, comme des dahls, bouillons, soupes, soupe miso. On entends souvent parler des bienfaits du manger cru pour conserver tous les nutriments des légumes. Pendant votre postnatal, c’est tout l’inverse qu’il vous faudra privilégier. La cuisson vapeur vous assurera de toujours profiter des bienfaits des légumes. Si vous préférez manger des légumes croquants, vous pouvez utiliser la cuisson au wok. Pour vous faciliter la vie, vous pouvez très bien acheter des sachets de légumes à garder dans votre congélateur, que vous pourrez sortir au fur et à mesure de vos besoins.

Gagner de la vitalité sans sortir

En cette période où les sorties au parc se font plus rares, nous sommes exposées à moins de soleil et à moins d’activité physique. Le confinement peut vite nous donner envie de grignoter et de nous tourner vers des aliments qui nous paraissent réconfortants au premier regard. Avec le risque de nous conduire à nous sentir encore plus fatiguées et vidées d’énergie.
Pour faire le plein de vitalité à la maison, vous pouvez commencer par vous entourer d’alliés riches en vitamine C comme l’ananas, le kiwi, la mangue, le poivron, le brocolis, le chou frisé.
Vous connaissez le coup de pompe post-déjeuner ? Il est en partie lié à notre habitude de manger trop vite, souvent en faisant une autre activité en parallèle , ne laissant ainsi pas le temps à notre corps de nous envoyer un message de satiété. C’est l’occasion de tester la pleine conscience à table, en prenant le temps de mâcher et de profiter des saveurs. Votre digestion en sera d’autant plus facilitée. Face à l’appel du frigo pour un petit grignotage, nous vous proposons de tester de faire un peu différemment de d’habitude. Mangez une pomme ou une poire. Ces deux fruits riches en fibres vont vous apporter un sentiment de satiété et assouvir votre besoin de goût sucré.

« Grande faim = petite soif »

En naturopathie, on dit que derrière une grande faim se cache une petite soif. Un manque d’eau dans l’organisme peut apporter une grande fatigue. Après l’énergie dépensée pour mettre au monde votre bébé, la priorité est donc de boire. Ceci est d’autant plus vrai si vous allaitez, où votre besoin en eau sera encore plus important. Vous pouvez alterner avec des tisanes (il existe des mélanges prêts à l’emploi spécial postpartum ou spécial allaitement) pour vous apporter de la chaleur et de l’eau à température ambiante. Pour vous aidez à boire davantage n’hésitez pas à aromatiser votre eau, sans ajout de sucre, en ajoutant un hydrolat.
Nos préférés : l’hydrolat de fleur d’oranger qui a un effet apaisant ou l’hydrolat de mélisse pour un effet bénéfique sur la digestion. Et si vous allaitez, les hydrolats seront doublement bénéfiques, pour vous et pour bébé.

Massage et câlinothérapie

On vous propose une recette bien-être pour une pause relaxante. Prenez de lhuile de sésame, en plus de son odeur exotique, cette dernière a un effet réchauffant pour le corps, mélangez dans le creux de vos mains avec une à deux gouttes d’huile essentielle de lavande vraie, puis massez-vous, ou proposez à votre partenaire une pause massage à deux ! Les câlins sont essentiels pour le bien-être émotionnel, alors ne vous en privez surtout pas !Pour terminer de prendre soin de vous pendant la nuit, vous pouvez préparer une bouillotte pour garder votre corps au chaud. Cette dernière aura en plus le double avantage de soulager les douleurs des « tranchées » au retour de la maternité.

La recette préférée de l’équipe

Julia Simon nous partage sa recette fétiche du bouillon de poulet, issue de son livre “Bien vivre le quatrième trimestre au naturel” paru aux éditions FIRST. Vous pouvez également retrouver cette recette dans son dernier E-book “Booster votre immunité grâce à l’alimentation”. Simple à cuisiner, ce bouillon est un concentré de richesse pour la jeune maman : des minéraux pour retrouver des forces, du collagène pour réparer les tissus endommagés pendant l’accouchement (lors d’une césarienne, d’une épisiotomie ou d’une déchirure), de la glycine pour la récupération musculaire et une action anti-inflammatoire pour soutenir votre digestion.

Temps en cuisine : 15 minutes de préparation puis laissez mijoter au moins 2h30

Ingrédients :

  • 1kg de carcasse de poulet ou 12 pilons
  • 2 carottes non pelées, brossées et coupées en rondelles
  • 1 oignon non pelé (juste lavé) et coupé en quatre
  • 2 branches de céleri, coupées en rondelles
  • 1 bout de gingembre frais (long comme le pouce)
  • 1 feuille de laurier
  • 2 branches de thym
  • 1 petite botte de persil, hachée grossièrement avec les tiges d’un côté et les feuilles de l’autre
  • Sel et poivre

Étape 1 : Commencez par rincer la carcasse de poulet (ou les ailerons/pilons) sous l’eau, puis déposez-les au fond d’une cocotte et recouvrez d’eau froide. Portez à frémissement pendant une trentaine de minutes et écumez (cela signifie que vous allez enlever l’écume et les impuretés qui se forment à la surface) régulièrement.

Étape 2 : Ajoutez ensuite les légumes et les aromates. Salez et poivrez. L’astuce du chef pour les aromates : faire un bouquet garni en enroulant dans une feuille de poireau le thym, le laurier et les queues de persil, ficelez le tout, cela facilitera le retrait des aromates en fin de cuisson.

Étape 3 : Portez à frémissement, puis baissez le feu jusqu’à ce que l’eau fume (sans bouillir) et laissez cuire ainsi à feu doux pendant deux heures environ, sans couvrir. La viande va se détacher au fur et à mesure des os. 

Étape 4 : A la fin de la cuisson, vous pourrez retirer la carcasse et/ou les os ainsi que les aromates pour ne garder que les légumes, la viande et le bouillon.

Étape 5 : deux options s’offrent à vous :

  • Vous pouvez filtrer le bouillon pour ne garder que le liquide. Je vous conseille alors de le faire refroidir, puis de le mettre dans des bocaux en verre (pratique pour emporter à la maternité) que vous mettrez au congélateur une fois refroidi (à utiliser dans les 3 mois).
  • Vous pouvez garder les morceaux de viande et les légumes avec le bouillon pour en faire une soupe. Vous pourrez conserver le tout environ 4 jours au réfrigérateur.

Étape 6 : Rajoutez le persil haché (riche en fer) au moment de servir.

Notre dernier conseil : restez bienveillante envers vous-même ! On sait combien les premiers jours, semaines, avec bébé peuvent être exigeants. Faire du mieux que l’on peut, c’est le principal. N’hésitez pas à nous faire un retour sur votre récupération en post-partum

RECEVEZ L’E-BOOK DE JULIA
Booster votre immunité grâce à l'alimentation julia simon

Recevez l’E-BOOK de Julia Simon en remplissant le formulaire ci-dessous

“Booster votre immunité grâce à l’alimentation”

27 pages pour apprendre à stimuler votre immunité naturellement et prendre soin de votre microbiote

Il vous sera adressé sous 7 jours par mail ! N’hésitez pas à vous rendre sur le compte instagram de Julia Simon.

Je suis déjà abonnée à la newsletterNonOui

ReCAPTCHA Public Key not found. Les clés publiques et privées doivent être configurées pour que reCAPTCHA fonctionne.Tapez 2 chiffres. Par ex : 12

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here