Fausse-couche tardive, du rêve au cauchemar

0
176
Cet article a été publié ici en premier.

Le coeur du bébé d’Elodie s’est arrêté alors qu’elle était à 4 mois de grossesse. Alors que contrairement à sa première grossesse, tout se passait à merveille. Et comme elle était au début de son second trimestre et que le bébé faisait plus de 10 centimètres, elle a compris que ça ne se passerait pas comme une « fausse-couche normale ». Voici son témoignage. 

fausse couche tardive

{Témoignage} Ma fausse-couche à 16 semaines de grossesse

Bonjour à toutes les lectrices,

Fidèle lectrice de ce blog depuis plusieurs années, c’est dans de tristes circonstances que j’apporte un nouveau témoignage.

En 2018, j’écrivais ceci à relire ici. 

Et puis, quelques mois après, nous avons changé d’avis. Je ne sais pas l’expliquer mais l’envie d’un deuxième enfant est arrivée. Et nous avons décidé de ne pas nous prendre la tête et de juste arrêter la contraception et de laisser faire les choses. Bingo 2 mois plus tard j’étais déjà enceinte !

Et puis, nous sommes le 1er août 2019 :

Je suis à 16 semaines de grossesse, je me rends au rendez-vous mensuel chez le gynécologue. Je suis heureuse, demain nous partons en vacances à Belle île en mer.

Cette grossesse est un rêve

J’avais mal vécu ma première grossesse, entre nausées, maux de dos, épuisement et sentiment que mon corps ne m’appartient plus.
Cette fois, je profite pleinement. Je suis épanouie, je n’ai pas de maux de grossesse, je me repose quand j’en ai besoin.

Tout se passe bien, les prises de sang sont bonnes, la première écho morpho a permis de voir un bébé parfaitement développé pour son stade. Nous ne voulons pas savoir le sexe ce sera une surprise.

Le rendez-vous se passe bien, nous venons de recevoir les résultats du tri test qui sont bons, aucune inquiétude.

Et puis vient l’échographie. Mon gynécologue se tait, il devient blême et tourne l’écran vers lui pour mieux voir. Il me dit qu’il y a un problème. Je comprends directement, je lui demande : son cœur ne bat plus ?
En effet, son cœur s’est arrêté de battre.

Le gynécologue me dit que nous allons aller vérifier sur un appareil plus performant mais qu’en tout cas je n’y peux rien, je n’ai rien fait pour ça et je ne pouvais pas savoir. Il me dit d’appeler mon mari resté à la maison, pour qu’il nous rejoigne.

En une seconde je suis passée du rêve : épanouie dans ma maternité, ma future maternité, mon couple, mon travail, ma famille et mes amis… Au cauchemar : mon bébé n’est plus. Il est parti et ça ne fait que quelques heures, 24 tout au plus.

Le temps de rejoindre le gynécologue dans l’autre pièce je comprends : mon bébé fait plus de 10 cm à ce stade. Ce ne sera pas une fausse couche comme je connais de tant de femmes autour de moi, comme je craignais les 3 premières mois. Mon bébé est déjà trop grand. Je vais devoir accoucher.

Accoucher de mon bébé décédé

Aucune femme, aucun couple, aucune famille ne devrait avoir à vivre cela. Mais malheureusement cela arrive.

Afin que les femmes se sentent moins seules, je voulais partager mon témoignage et libérer la parole à nouveau au sujet des fausses couches, et particulièrement tardives.

Je n’ai pas encore écrit au sujet de mon accouchement provoqué et de l’après, car c’est très récent. Mais je reviendrai plus tard vous raconter la suite.

(ndlr : vous pourrez retrouver la suite début janvier sur le blog)

A bientôt

Vous souhaitez publier votre histoire sur le blog ? Déposez votre témoignage mariage ou témoignage maternité ici.

A lire également

Bonjour, je m’appelle Nathalie. C’est moi qui ai créé ce blog en 2011. Au début, il était exclusivement dédié à l’organisation de mariage, aujourd’hui on y parle également de maternité et de voyages. N’hésitez pas à m’envoyer un message ou votre témoignage si vous souhaitez participer.
la.mariee.en.colere@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here