Comment s’alimenter après une césarienne ?

0
92

Cet article a été publié ici en premier.

L’alimentation joue un rôle clé dans la récupération après une césarienne, tant au niveau de l’amélioration de la cicatrice et des douleurs mais aussi de la fatigue. L’impact de l’accouchement par césarienne est réel sur l’organisme, c’est pourquoi il est important de planifier les repas en fonction mais aussi de se supplémenter pour une action spécifique et efficace.

Nous avons interrogé Selima, ingénieur en nutrition et responsable de formation au sein de D-LAB NUTRICOSMETICS pour mieux comprendre le chamboulement post césarienne et les bienfaits d’apports étudiées de nutriments à la maman dans sa récupération après césarienne

Quel impact a la césarienne sur l’organisme de la jeune maman ?

Nous pouvons en effet nous demander si il est possible développer des carences post opératoire ? Et en quoi les compléments alimentaires peuvent-ils aider à prévenir ou combler ces carences ?

Nous pouvons ressentir l’impact de la césarienne sur l’organisme de la jeune maman à différents plans :

  • Au niveau nutritionnel : en règle générale, les carences post-partum sont assez fréquentes (magnésium, iode, silicium etc) puisque durant la grossesse, les besoins en oligo-éléments sont augmentés pour nourrir le fœtus, le corps s’habitue à recevoir et à utiliser une bonne partie des vitamines et minéraux des apports alimentaires qui sont plus importants. Après l’accouchement, l’apport calorique de la jeune maman est diminué, le corps puise alors de son stock de nutriments, ce qui le rend déficient.*

Toutefois, ces carences sont amplifiées après une césarienne. En effet, le corps va puiser dans toutes ses réserves pour récupérer plus rapidement, renforcer le système immunitaire pour éviter les infections, pour fabriquer l’énergie et surtout pour reconstruire ses tissus (utérus, peau, muscles etc). Nous pouvons donc développer des carences post-opératoires. 
De plus, une anémie (carence en fer) est beaucoup plus fréquente après une césarienne qu’après un accouchement par voie basse. En effet, la perte de sang entraînée par la césarienne est en partie responsable de cette anémie puisque le fer est l’un des principaux composants des globules rouges.

  • Au niveau cutané : pendant une césarienne, le médecin incise toutes les couches de la peau au niveau abdominal, en partant de l’épiderme pour atteindre l’utérus : la qualité des tissus internes est donc par conséquent altérée. L’attention de la jeune maman se tourne particulièrement sur sa cicatrice de césarienne (interne et externe) et tous les désagréments qu’elle peut engendrer : démangeaisons, tiraillements, contractions musculaires (puisque les différentes couches de la peau ne cicatrisent pas toutes en même temps). A cause des différentes carences post-partum, le phénomène de la cicatrisation est plus lent que la normale et ses effets secondaires perdurent plus longtemps, ce qui peut gêner la jeune maman sur différents plans (sommeil, anxiété, stress etc). 
  • Au niveau intestinal : la césarienne engendre tout le temps des problèmes de digestion, de gonflement abdominal et d’inconfort digestif, parfois même douloureux. En effet, pendant l’opération le transit est mis à l’arrêt à cause de l’anesthésie et l’air est souvent emprisonné dans l’abdomen. Lorsque la flore intestinale n’est pas assez résistante, ce dérèglement intestinal peut durer pendant quelques mois et avoir des répercutions négatives sur l’ensemble de l’organisme (système immunitaire affaibli, déséquilibre hormonal persistant, problème de sommeil, fatigue etc) puisque notre ventre est notre deuxième cerveau. Ce déséquilibre digestif est d’autant plus amplifié avec la prise de médicaments en post-césarienne.  
  • Au niveau neuro-hormonal : Il est connu qu’après un accouchement, le corps subit plusieurs déséquilibres hormonaux. Le stress de l’accouchement, la fatigue associés aux douleurs abdominales de la césarienne et au choc de l’opération ont tendance à amplifier ces déséquilibres. De plus, n’oublions pas que notre ventre est notre 2ème cerveau en partie parce que nous secrétons la sérotonine, l’hormone du bien-être, au niveau intestinal. Les troubles digestifs liés à la césarienne ont donc un impact direct sur le déséquilibre neuro-hormonal et ont tendance à ralentir leur équilibre. 

De nos jours, il est très difficile de répondre à des carences nutritionnelles avec comme seul apport l’alimentation quotidienne. En effet, à cause de l’appauvrissement des sols, des habitudes de cuissons et du mode de vie moderne, l’assiette est de plus en plus appauvrie. En règle générale, le complément alimentaire n’est pas un médicament mais une assiette en beaucoup plus concentrée qui a pour principal objectif d’apporter la bonne dose de micro-nutriments (vitamines & minéraux selon les valeurs nutritionnelles recommandées) qui manquent dans l’assiette et dont le corps a besoin pour fonctionner correctement : il aide donc à combler et même à prévenir les carences nutritionnelles. En plus de ces éléments nutritifs, nous pouvons retrouver des actifs comme les extraits de plantes et d’algues qui vont stimuler nos organes internes pour augmenter durablement les performances de l’organisme. 

Allaiter après une césarienne

Allaiter ne nécessite pas de suivre des conseils spécifiques autre que l’équilibrage alimentaire, ni de manger plus. La seule recommandation est de tenir compte de la qualité des nutriments et donc de supplémenter pour apporter la bonne dose de nutriments qui manque dans l’assiette. En effet, pendant l’allaitement, l’apport des micro-nutriments en quantité suffisante est important (notamment le calcium, la vitamine D, le fer et l’iode) pour consolider le lait maternel et donc la croissance de l’enfant. La maman césarisée allaitante devra en plus se concentrer sur son anémie acquise pendant son opération. 

Comment agir sur le ventre gonflé après la césarienne ?

Il est normal d’voir le ventre gonflé après une césarienne et le transit pas forcément au meilleur de sa forme après l’intervention (anesthésie et incision) !

Voici quelques conseils pour agir sur son transit et l’évacuation des toxines via son hygiène de vie :

  • Du point de vue alimentaire, il est recommandé d’enrichir son assiette avec des fibres (solubles : céréales complètes pour activer les probiotiques mais aussi insolubles : fruits et légumes), de boire suffisamment d’eau pour diluer le bol alimentaire et faciliter le transit intestinal (éventuellement une eau minéralisée riche en magnésium). Je recommande également d’espacer la consommation des fruits (qui contiennent du fructose) d’au moins 2 heures du plat principal, pour éviter leur fermentation et donc d’accentuer les ballonnements. Introduire également à l’alimentation des aliments connus pour leurs bienfaits sur la digestion comme les graines de chia, le curcuma, les baies de goji, les figues séchées.
  • Sachez également qu’il est déconseillé de reprendre l’activité physique quelques jours après la césarienne car les tissus musculaires abdominaux n’ont pas été totalement cicatrisés. Toutefois, il est important de marcher au moins 30 minutes par jour pour activer davantage son système digestif.
  • Un massage abdominal est également recommandé pour faciliter l’évacuation des gaz emprisonnés et relancer son transit. Le bandage après une césarienne au moyen d’une ceinture abdominale ou d’une lingerie gainante post césarienne par exemple permet d’exercer une douce compression et de réduire les gonflements. Attention à ne pas appuyer sur la plaie pour éviter les saignements.
  • Pour agir de manière interne, il est fortement conseillé d’enrichir ses apports en probiotiques pour renforcer la police des intestins, éviter la fermentation des mauvaises bactéries et améliorer la digestion et le transit.

Nous recommandons également d’apporter des actifs comme des extraits de fenouil, du boldo, du charbon noir pour capter les gaz et faciliter leur élimination.

Ma sélection post césarienne

D-LAB x Mum-to-be Party
Programme Post-Césarienne récupération 1 mois

ACHETER CHEZ NOTRE PARTENAIRE

D-LAB
Programme Detox Ventre plat 3 mois

ACHETER CHEZ NOTRE PARTENAIRE

Programme post césarienne compléments alimentaires 2 mois

D-LAB x Mum-to-be Party
Programme Post-Césarienne récupération 2 mois

ACHETER CHEZ NOTRE PARTENAIRE

Ebook Ma récupération post césarienne cicatrice

Mum-to-be Party
Ebook Ma récupération post-césarienne

ACHETER SUR NOTRE SHOP

Alvalux Medical
Kit de traitement de cicatrice post césarienne CicaLux

ACHETER CHEZ NOTRE PARTENAIRE

Bouillon d'os Atelier Nubio Bone Broth maman post-partum

ATELIER NUBIO
Bouillon Bone Broth pré et post partum

ACHETER CHEZ NOTRE PARTENAIRE

L’alimentation peut-elle aider ou à contrario ralentir la cicatrisation ?

Oui, l’alimentation joue un rôle primordial dans la cicatrisation :

  • L’alimentation protéinée : ne surtout pas négliger l’apport alimentaire protéique qui est indispensable pour la reconstruction des tissus. En effet, la majeur partie des composants du tissu musculaire et de la peau sont des protéines (fibres musculaires, collagène, acide hyaluronique, kératine etc). Une alimentation protéinée permet d’apporter la bonne dose d’acides aminés essentielles à la construction des protéines internes et donc de la maturation de la « nouvelle peau ».
  • Apport suffisant en anti-oxydants pour éviter le stress oxydatif qui peut ralentir le renouvellement cellulaire.
  • Boire suffisamment d’eau pour repulper les tissus conjonctifs, limiter la sensation de tiraillement et les démangeaisons. Une peau hydratée est également une peau qui se régénère rapidement.
  • Apport suffisant en acides gras essentiels pour aider à reconstruire le film hydrolipidique de la peau et gagner en souplesse. Ces acides gras essentiels se sont notamment les omégas 3, 6 et 9 qu’on retrouve dans les graines oléagineuses (amande, noix, noisette etc), les produits marins (poissons gras, certains crustacés) et les huiles végétales (huile d’olives, de lin, tournesol, colza etc).
  • Consommer régulièrement des super-foods pour apporter le plus possible les nutriments indispensables dans la régénération cellulaire et le développement du système immunitaire (magnésium, zinc, cuivre, silicium etc). Dans les super-foods, nous retrouvons notamment : la spiruline, les baies de goji, le curcuma, chlorelle, miel, raisin rouge, ginkgo, algue etc.
  • Apporter des actifs indispensables à la respiration cellulaire comme la coenzyme Q10 ou le MSM.

Le fait de ne pas suivre ces différents conseils peut ralentir indirectement la cicatrisation. A contrario, il y a en plus d’autres facteurs qui peuvent ralentir directement la cicatrisation comme une alimentation trop sucrée : apporté en grande quantité, le sucre se caramélise sur les fibres de collagène et crée qu’on appelle la glycation qui bloque la cicatrisation.

Quelles nourriture et boissons sont à privilégier pour récupérer ? 

Pour se revitaliser après une césarienne, on veillera à :

  • Proscrire une alimentation appauvrie : une dénutrition s’explique par un manque d’apport en nutriments indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Une alimentation pauvre en macronutriments (protéines, glucides, lipides) et micronutriments (vitamines et minéraux) peut donc ralentir considérablement la cicatrisation.
  • Toujours préférer la cuisson à vapeur douce (moins de 95°C). Ce mode de cuisson empêche l’évaporation des vitamines et permet de garder les minéraux dans l’aliment.
  • Eviter l’alimentation trop sucrée ou trop grasse qui, en plus de ralentir la cicatrisation et la digestion, sollicite beaucoup d’énérgie et peut être la conséquence d’une fatigue chronique.
  • Mettre au repos ses organes d’élimination : éviter l’exposition aux métaux lourds (aliments en conserve, pollution, produits cosmétiques chimiques, tabac etc), la consommation d’alcool qui peuvent fatiguer le foie et donc les organes d’élimination et le corps tout entier.
  • Avoir une alimentation équilibrée : apporter les bonnes portions en macronutriments (glucides, lipides, protéines), sans excès. De préférence, il est recommandé de partager son assiette en 2 : la première partie sera composée entièrement de légumes crus et cuits, les 2 de préférence, la deuxième partie sera composée d’1/2 portion de féculents complets et d’1/2 portion de protéines. Ce sont ces macronutriments qui vont notamment apporter l’énergie (ou les calories) indispensable au métabolisme cellulaire, un pilier indispensable pour une bonne vitalité.
  • Consommer régulièrement des super-foods pour apporter le plus possible les nutriments indispensables à la sécrétion de l’énergie cellulaire qui nous permet de parler, bouger etc.
  • Eviter les aliments excitants qui ne sont généralement pas très bon pour le système digestif et dont l’efficacité n’est pas durable.
  • Se faire des tisanes et des infusions le soir, pour se relaxer, apaiser les tensions et favoriser un sommeil réparateur indispensable pour être en pleine forme le lendemain.
Le Programme spécial post césarienne de Mum-to-be Party et D-LAB

Pourquoi le choix de ces 3 compléments en particulier ? S’adressent-ils à toutes les mamans césarisées sans exception ?

Le Programme de compléments alimentaires Post Césarienne s’adresse à toutes les mamans césarisées, sans exception. Ce Programme a la particularité de pouvoir répondre à toutes les conséquences causées par la césarienne sur l’organisme de la jeune maman (cf première question). Il associe 3 produits complémentaires qui vont agir en synergie pour des résultats complets et durables :

  • L’Activateur de Régénération (en numéro 1) : cette formule contient des actifs le resveratrol, la coenzyme Q10 ou le resveratrol qui vont activer la régénération cellulaire pour accélérer la cicatrisation des différentes couches de la peau au niveau abdominale. Sa richesse en anti-oxydant lui permet également d’être un fort bouclier anti-pollution, anti-agression, pour éviter le ralentissement de la cicatrisation.
  • L’Absolu Hyaluronique (en numéro 2) : ce produit apporte de l’acide hyaluronique qui est capable de capter plus de 1000 fois son poids en eau dans les tissus de la peau pour améliorer la reconstruction cutanée et estomper durablement les cicatrices. Ce produit va également contribuer à la sécrétion du collagène, la protéine responsable de l’élasticité cutanée. En hydratant en profondeur les différentes couches de la peau, nous évitons ainsi cette sensation de tiraillements et les démangeaisons, assez désagréable pour la jeune maman.
  • Le Détox Ventre Plat (en numéro 3) : Riche en plantes et en actifs détoxifiants comme l’argile blanche, le fenouil ou le charbon noir, cette formule innovante nettoie les intestins des impuretés et des résidus de fermentation des mauvaises bactéries. Il contribue donc à limiter considérablement les ballonnements et à réguler le transit intestinal pour un meilleur confort digestif.
    Vous retrouverez également 5 souches de ferments lactiques, les plus représentatifs du microbiote humain pour favoriser la protection intestinale. En agissant au niveau intestinal, cette formule permet également de booster le système immunitaire et d’équilibrer le système neuro-hormonaleen favorisant la sécrétion de la sérotonine, l’hormone du bien-être.

Sachez que ces 3 différentes formules sont riches en actifs nutritifs : extraits de plantes, d’algue, des vitamines et minéraux qui vont permettre à la jeune maman de prévenir et de réduire ces carences nutritionnelles. Toutefois, une complémentation en fer est souvent conseillée en plus, en cas d’anémie. 

Collaboration D-LAB x Mum-to-be Party
Crédit Photo : Candice Henin

A lire également

The post Comment s’alimenter après une césarienne ? first appeared on Mum-to-be Party.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here